Scène & Galerie de la Chapelle

CHAPELLE DES PENITENTS DE COURNONTERRAL



Vendredi 5 mai à 21h

Concert au piano fantaisie 

BRASSENS  TRENET   LAPOINTE

Hervé Tirefort offre un regard croisé sur le répertoire
de trois monstres sacrés de la chanson :

Georges Brassens, Charles Trenet et Boby Lapointe.

Trois styles, trois univers…

Un régal.

Un concert cuisiné au piano par un artiste respectueux.

 

Entrée libre - participation au chapeau


Récital de Danse Odissi - Danse de l'Inde - Etat de l'Odisha avec Saswat Joshi
Samedi 13 mai à 20h30
Amoureux de la perfection, Saswat Joshi est renommé pour l'émotion qu'il transmet sur scène, ses expressions et sa maitrise parfaite de la technique. Un virtuose de l'une des plus douces et sensuelles danses de l'Inde, l'Odissi

De tournée en Europe, nous avons le plaisir de le recevoir sur la scène de la Chapelle des Pénitents de Cournonterral pour la deuxième édition le Samedi 13 Mai 2017 à 20h30.
Saswat présentera un spectacle de danse Odissi " Aavisarika " un récital sur le thème des émotions dans la danse.  

Participation libre & consciente

Lieu : Chapelle des Pénitents, 22 bis Rue de la Chapelle 34660 Cournonterral
Infos/réservations : 06.07.95.13.18

Crédits photos : Sandrine DA COSTA - Emmanuel Boucherot



GROUPE HUM 28 avril à 21h

Avec un son résolument électrique et groovy Hum disperse à tout vents la poésie occitane contemporaine dans un concert poético-narratif débridé. A la frontière entre rock, jazz et world musique, les compositions de leur nouvelle création dévoilent un univers singulier teinté de mythologie et de croyance populaire. Cupidon transforme l'amoureux en hérisson, le Faune attend son heure...
Créé en 2009 dans l'Hérault, Hum véhicule un exotisme original : un chanteur clarinettiste occitaniste d'origine belge, un percussionniste cévenol passionné de musiques orientales, un guitariste du chnor partagé entre rock et ragga indien. Un bassiste nomade féru de musiques du monde les rejoint en 2011.
Avec « Saturnin etc », Hum raconte une grande histoire avec mille petites anecdotes, fait entendre un son avec toutes ces influences qui bouleversent les musiciens d'aujourd'hui.

Le groupe Hum explore un axe de composition qui flirte avec les musiques du monde, le jazz, les musiques traditionnelles. Cette démarche séduisante sur le papier, nécessite une recherche de fond pour offrir au public une musique « actuelle » de qualité. Ce chantier des nouvelles musiques du monde pose aux musiciens des questions techniques. Par exemple celles concernant les mélanges des timbres d'instruments qui n'ont pas souvent dialogué ensemble. Quel rôles peut on confier à ces instruments qui se frottent à des compositions éloignées de leur répertoire traditionnel. Ces questions, parmi d'autres que nous ne soulèverons pas ici, occupent les musiciens qui abordent ces nouvelles « musiques du monde ».
C'est le cas du groupe Hum qui crée un répertoire actuel à partir de plusieurs gestes musicaux se rencontrant.
Hum propose au grand public un concert en langue occitane dans son écrin de musique « actuelle » méditerranéenne. Le groupe démarche les festivals de musique du monde, musique trad et Jazz. L'accueil du public est enthousiaste dans les différents lieux de programmation qu'ils fréquentent.


Philippe VILLEMUS présentera à la chapelle vendredi 21 avril à 18h son livre "Midi se meurt... Sauvons-le"                                                                 Le diaporama sera suivi d'un débat et d'une dédicace-signature du livre.

Ce livre s’inscrit dans un courant de prise de conscience globale vis à vis de cette idéologie, maintenant reconnue mortifère, qu’est le néolibéralisme. Il s’inscrit également dans le refus du nivellement, de la pensée unique qui voudrait nous imposer une vision prophétique de l’évolution de nos sociétés, du rejet de toute réflexion sur les possibles alternatifs. Ce livre est un ouvrage de combat pour une ligne de refus : non, nos villages ne sont pas condamnés à devenir soit des banlieues uniformisées, soit des déserts économiques, culturels ou autres, non, nos villes n’ont pas à subir mutilations sans respect pour leur histoire, non, le Midi n’a pas vocation à devenir le bronze fesses de l’Europe.

Cette bande de territoire qui s’étend le long de la Méditerranée des Pyrénées aux Alpes, sur une cinquantaine de kilomètres de large jusqu’aux contreforts du Massif Central n’est pas condamnée à être bétonnée et bitumée pour les besoins de la cause touristique. D’autres solutions existent, Philippe Villemus les énumèrent. Elles s’inscrivent dans l’histoire et la culture de ce Midi tant méprisé par les élites parisiennes, en témoignent quelques anecdotes rappelées par l’auteur. Des autres dangers qui menacent l’intégrité de ce territoire, le changement climatique n’est pas le moindre. Il risque en effet d’avoir des conséquences dévastatrices sur le faune, la flore et au bout du compte sur les hommes et les femmes qui le peuplent.

Ce n’est pas à un repli frileux et identitaire qu’appelle Philippe Villemus mais au contraire à une ouverture, en brandissant une culture, un caractère, un langage si précieux car héritiers d’une longue tradition. Face à ces ruptures catégoriques que veulent nous imposer les tenants d’une globalisation totale et sans restriction tant dans les domaines culturels, que linguistique avec la prédominance de l’anglais, que consumériste avec l’uniformisation généralisée, qu’architecturaux dans ses errements absurdes etc...

C’est aussi un réquisitoire pour la transmission, transmission d’une identité mise à mal par les problématiques actuelles, d’une histoire cahotique. la transmission «qui est au coeur de la survie identitaire pour tout groupe humain».  Si le Midi se meurt dans la misère sociale qui le mine, la corruption qui le gangrène, l’incompétence qui le dirige, la pollution qui l’envahit et d’autres maux non moins considérables, il s’agit d’agir sans délai pour limiter les dégâts, et Philippe Villemus nous donne quelques pistes.
«Midi se meurt, sauvons-le !» de Philippe Villemus aux éditions Le Papillon Rouge

M. P.


C’est un spectacle tout en surprises et variétés qu’a réservé Nathalie Borgomano au public de la chapelle des pénitents de Cournonterral décoré pour la circonstance en théâtre dévoilant toute sa simplicité et son intimité. Certes les spectateurs étaient avertis, l’alliance de l’art lyrique et du «piano du pauvre», pouvait paraître incongrue, elle n’en fût que plus surprenante dans sa puissance et son efficacité. La voix de Nathalie, superbe dans ses moindres vocalises a résonné amplement dans le choeur de la chapelle et dans le coeur des spectateurs tant l’émotion était présente, soutenue tantôt par les notes subtiles de la harpe celtique, tantôt par celles majestueuses du piano à bretelles. Le choix des oeuvres sur le thème de la femme, la femme dans tous ses états, d’âme et de circonstance, a couvert un large éventail, de la chanson populaire à l’air d’opéra, en passant par différentes langues, russes, anglais, yiddish, italien... mais aussi des textes magnifiques comme celui de Anne Sylvestre, «Une sorcière comme les autres» que Nathalie interpréta à capella, dans la semi-pénombre, bouleversante de sensibilité et de puissance évocatrice.

M. P.

Nathalie BORGOMANO, chanteuse lyrique, est aussi multi-instrumentiste. Elle se produit seule en scène, «soliste insolite», dans ce qu’elle appelle des «concerts contés» et où chaque morceau est interprété dans une atmosphère particulière. Le 8 avril, sur la scène de la chapelle des pénitents de Cournonterral, elle présentera « Femmes… », avec  harpe celtique et accordéon. Des vieilles balades de France aux grands airs d’opéra romantiques, en passant par les pays de la mer et la vieille Russie. Les femmes dans leur cheminement et leurs amours.
Il y a là des chansons douces, des romances de souffrances et d’amour, des airs d’opéra éternels, déchirants ou délirants, des ballades improbables qui n’en finissent pas, des cabalettes qui mordent ou griffent. Il y a la délicatesse pour toutes les femmes. Celles qui à force d’attendre en oublient d’exister, celles qui se croyaient aimées, celles qui chantent leur joie et celles qui chantent pour qu’on ne les entende pas hurler. Celles qui se gourent et trébuchent, se relèvent et rient. Celles qui suivent leur chemin sans jamais croiser leur destin, celles qui cheminent à l’envers. 
Il y a le talent et la tendresse …


Ce n’est pas de la peinture, ce n’est pas exactement de la photo, ce n’est pas de la gravure... Bien que ce soit un peu de tout ça. Les expressions graphiques ont toujours évolué avec les innovations techniques. La révolution numérique ouvre de nombreuses nouvelles voies dans ces domaines. L’ordinateur peut devenir l’outil privilégié pour la représentation graphique qui ne se soumet plus à l’exigence de la représentation d’une réalité mais prospecte sur les voies de l’imaginaire et de l’introspection. Jean-Pierre BIGAS a choisi cette piste et l’a même baptisée «Pictorialité» pour bien la distinguer des autres disciplines et en référence au mouvement artistique né à la fin du XIXème siècle et qui ambitionnait de faire de la photographie une discipline artistique pouvant rivaliser avec la peinture et la gravure. Pour satisfaire cette ambition deux conditions s’imposaient : intervenir le plus possible et par tous les moyens sur le procédé, et renoncer à une reproduction mécanique de la réalité pour privilégier une expression personnelle. Les nouveaux outils numériques et informatiques offrent de nouvelles possibilités dans l’évolution de la photographie comme expression artistique incontestable et riche en virtualité.
Jean-Pierre BIGAS présente sur les cimaises de la chapelle des pénitents de Cournonterral du 17 au 27 mars 2017 ses «Pictorialités», fruits de ses recherches et de son travail dépassant le cadre de la photographie. L’exposition sera ouverte mercredi, jeudi et vendredi de 16h à 19h, samedi et dimanche de 10h à 12h et de 16h à 19h, et sur rendez-vous
Vous pourrez y découvrir le travail de Jean-Pierre BIGAS et obtenir des éclaircissement sur les procédés utilisés et les effets obtenus.
M. P.


"Après la trêve hivernale, l’association «Les Amis de la Chapelle - Scène & Galerie» établit l’agenda pour les mois à venir. La chapelle accueillera tout un éventail de spectacles et d’expositions variées dans leurs expressions et leurs interprétations :
En MARS, du 17 au 27 exposition Jean-Pierre BIGAS, «Pictorialités»
En AVRIL, samedi 1er : Groupe HERA, chants séfarades, samedi 8 : Nathalie BORGOMANO, «soliste insolite», 
En MAI : vendredi 5 : Hervé TIREFORT chante Brassens, Trenet et Lapointe, samedi 20 le groupe JEUNE GOINFRE chante Baudelaire.
En JUIN : du 25 au 30, exposition Victorine FOLLANA, peintre expressioniste, vendredi 9 : Tom TOREL, chansons «vivantes», samedi 24 : GUITARES +, cinq guitaristes et un violonceliste.
Le programme complet est sur le site de l’association : https://sceneetgaleriedelachapelle.jimdo.com/

L’association a tenu son assemblée générale le 14 janvier, à l’issue de laquelle ont été désignés les membres du Conseil d’Administration :  Martine LEGRAND, Monique DANDREA, Jacqueline BOUVIER, Zohra-Fatima IRSANE, Marie MAESTRACCI, Suzanne INGUIMBERT, Jean-Pascal  LETARD, Jean-Marc PONS, Michel PUECH.
Le bureau a ainsi été constitué : présidente: Martine LEGRAND, trésorière : Monique DANDREA et secrétaire : Michel PUECH.

La cotisation pour adhérer à l’association est annuelle et d’un montant de 15 euros. Elle ouvre droit à un tarif préférentiel pour les spectacles accueillis à la chapelle."

 



PROCHAINES ANIMATIONS

Nathalie BORGOMANO

Samedi 8 avril à 21h

Une soliste insolite pour un concert conté

"Une soliste insolite" c'est avant tout un concert riche en couleurs, dans lequel la voix passe de la pureté des chants sépharades  ou celtes, au lyrisme des grands airs d'opéra ou de la musique russe, avec des incursions dans la simplicité des vieilles mélodies françaises, sans oublier la virtuosité d'un Rossini par exemple.
La harpe celtique et l'accordéon portent idéalement ces différentes musiques, l'une claire et délicate, l'autre qui, de "piano du pauvre" devient "orchestre du pauvre" grâce à sa richesse harmonique et expressive.


Philippe VILLEMUS

Vendredi 21 avril à 18h Conférence

Ce n’est pas à un repli frileux et identitaire qu’appelle Philippe Villemus mais au contraire à une ouverture, en brandissant une culture, un caractère, un langage si précieux car héritiers d’une longue tradition...

C’est aussi un réquisitoire pour la transmission, transmission d’une identité mise à mal par les problématiques actuelles, d’une histoire cahotique. la transmission «qui est au coeur de la survie identitaire pour tout groupe humain».  Si le Midi se meurt dans la misère sociale qui le mine, la corruption qui le gangrène, l’incompétence qui le dirige, la pollution qui l’envahit et d’autres maux non moins considérables, il s’agit d’agir sans délai pour limiter les dégâts, et Philippe Villemus nous donne quelques pistes.


Groupe HUM

Vendredi 28 avril chant occitan et musique du monde

Composé d' Aimé Brees (chant, clarinette), de Vincent Crepin (guitare, bouzouki), Christophe Montet (cajón, daf, tombak, riqq) et de Yannick Laurent (basse fretless), cette formation atypique s'impose dans le milieu de la musique occitane, peu à peu, depuis 2009.
Le groupe s'est appuyé sur la poésie du provençal contemporain Jean-Yves Royer, ce qui lui a permis de façonner une identité musicale originale.
Depuis octobre 2014, le répertoire de Hum s'est enrichi de nouveaux morceaux avec l'EP* « Saturnin », plutôt jazzy. 
Hum signifie la Fumée en gascon, c'est aussi un terme lexical simple et percutant voire primitif qui pourrait appartenir à n'importe quelle langue du monde.
Parler d'espoir quand il s'agit de toucher un public qui comprend la langue occitane c'est presque un pléonasme. Il s'agit bien sûr de raconter ces histoires, qui ont du goût pour ceux qui entendent l'occitan.



Hervé TIREFORT

vendredi 5 mai à 21h

BRASSENS TRENET LAPOINTE

Un regard croisé et respectueux sur les oeuvres de trois auteurs majeurs de la chanson, trois monuments de la région , incontournables, aux écritures ciselées, aux univers uniques...

HERVÉ TIREFORT, artiste audois, sillonne les petits lieux avec ses chansons et son piano. Dans ce concert, il expose les chansons par thèmes.
L’occasion de retrouver des standards, des perles rares, deux inédits et trois créations à la manière de Charles, Georges et Boby.

Vidéos

JEUNE GOINFRE

samedi 20 mai à 21h

Après “Les Aveugles”, dans lequel ils mettaient en musiques des textes d'Apollinaire, Rimbaud, Baudelaire ou D.H.Lawrence, le duo électro-accoustique Jeune Goinfre est de retour. Avec un nouvel album, centré cette fois sur un seul poète, Baudelaire. Son nom ? “Ennivrez-vous”, titre d'un texte en prose de l'auteur des Fleurs du mal.

"L'album comprend dix-neuf textes, des lettres, des poèmes en vers mais aussi en prose, comme Ennivrez-vous, pour faire découvrir l'univers de celui qui a marqué toute une génération de poètes", explique Fabrice Brusson. "Les textes se sont imposés d'eux-mêmes". Enseignant au collège, le musicien auteur-compositeur interprète, retrouve son complice Mike Katin avec qui il prolonge l'aventure.



Exposition Victorine FOLLANA du 25 mai au 5 juin


Après des études à l'école des beaux arts de Sete dans le sud de la France durant les années 1980, j'ai eu la chance de pouvoir travailler avec des artistes de renom tel Robert Lapoujade , artiste décédé en 1993, Joêl Trolliet, peintre et professeur à l’école des beaux arts de la ville de Paris ainsi qu'avec Thibault de Reimpré à l'occasion de stages privés intensifs.
Par ailleurs l'étude de l'histoire de l'art et la fréquentation de musées et de galeries contemporaines m'ont amené à cette écriture picturale qui est la mienne aujourd'hui.
Je ne fais pas de différence entre l'abstraction et la figuration; toutes deux sortent de mon imaginaire.
"La peinture est chose mentale "

Je peins par par séries, avec des périodes plus ou moins longues, 

La matière est perpétuellement en génèse, afin de trouver  " le mystérieux et le terrible " dont parle le grand poète Rainer Maria Rilke.

De temps en temps , une expression un peu plus narrative apparait, j'essaie de trouver l'accord total où la forme trouve dans la touche une manière d'exister.

A la recherche de la puissance poétique de l'oeuvre, je cherche le tableau jusqu'à ce que je le trouve. Exprimer " La nécessité intérieure " selon Kandinsky



Tom TOREL

Vendredi 9 juin à 21h

 

A propos de son "Cabaret Indigné" , Tom Torel écrit :
« Autour de la personne de Stéphane Hessel, disparu « en pleine jeunesse » à
95 ans, et auteur du fascicule « Indignez vous ! », j'ai eu envie de présenter ces
textes et chansons du répertoire francophone qui sont autant d'appels
vigoureux au courage, à la confiance en l’Humanité comme en soi même, à la
Conscience.
Textes d'espoir, chansons "vivantes"... Et des auteurs convaincus de leur Foi en
l'Humain... comme je le suis moi même … 
Hikmet, Aragon, Moustaki, Béranger, Ferrat, Brassens, Richepin, Prévert, 
Eluard, Renaud, Jean Baptiste Clément, Nadaud, Dabadie...
Quand la Chanson, la Poésie, la Littérature se mettent au service du libre
arbitre, de l’esprit critique, de la Paix et de la Liberté..... »

GUITARE +

Samedi 24 juin à 21h

 

Guitares Plus est née en 1999 du désir de produire de la musique pour ensemble de guitares classiques. Devenue association loi 1901 en 2001, elle promue activement un répertoire éclectique allant de la musique baroque et classique aux chansons populaires contemporaines, en passant par le répertoire sud-américain et le jazz. Actuellement, le groupe réunit cinq guitaristes et un violoncelliste; la direction musicale est assurée par Luca Cipelletti et les arrangements sont de la main de Philippe Paviot. Basé sur la commune de Juvignac, Guitares Plus propose régulièrement des concerts, souvent dans les églises de la région.